Requêtes | Centre médias | Lettre d'info | Carte du site | Anglais | Recherche:

Communiqués de presse 2011

Près d'un tiers des pays affectés par le paludisme se préparent à entrer dans une phase d'élimination de cette maladie au cours de la prochaine décennie

Communiquées de presse 17.10.2011

selon le rapport du Partenariat Roll Back Malaria présenté lors du Forum organisé à Seattle par la fondation Bill & Melinda Gates

Seattle, 17 octobre 2011 - un nouveau rapport, publié par le Partenariat Roll Back Malaria (RBM) en préambule à l'ouverture du Forum sur le paludisme organisé à Seattle par la fondation Bill & Melinda Gates, révèle qu'un nombre croissant de pays visent l'élimination du paludisme, et que trois pays ont déjà été certifiés exempts de paludisme par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) ces quatre dernières années.

Le rapport Éliminer le paludisme - Leçons du passé et perspectives d'avenir, qui est le dernier en date de la série Progrès & Impact du Partenariat RBM. Il a été rédigé par le Programme mondial de lutte contre le paludisme de l'OMS à partir de données collectées dans toutes les régions du monde. Il identifie la tendance actuelle à mettre fin au paludisme en soulignant que 7 pays ont éliminé la transmission locale de la maladie et s'attachent à empêcher sa réintroduction, tandis que 10 autres réduisent actuellement la transmission afin d'atteindre l'objectif de zéro cas. Le rapport décrit plus précisément neuf pays, sur les 108 pays et territoires dans lesquels le paludisme est endémique, qui se préparent actuellement à entrer dans la phase d'élimination du paludisme sur le territoire national.

Lors de son allocution à la table ronde du forum sur le paludisme organisé par la fondation Gates, le Dr Robert Newman, Directeur du Programme mondial de lutte contre le paludisme de l'OMS a déclaré : «Des progrès remarquables ont été réalisés au niveau mondial dans le cadre de la lutte contre le paludisme. Une amélioration des tests de diagnostic et de la surveillance a permis de préciser la situation sur le terrain, et a démontré qu'il existe des pays qui cherchent à éliminer le paludisme dans toutes les régions du monde où la maladie est endémique. L'OMS suit régulièrement ces progrès et s'assure que ces pays sont soutenus dans leurs efforts à devenir exempts de paludisme.»

L'élimination du paludisme, c'est-à-dire l'interruption délibérée de la transmission de cette maladie par les moustiques conduisant à zéro incidence d'infection dans une zone géographique donnée, a été visée à grande échelle pour la première fois dans le cadre du Programme mondial d'éradication du paludisme mis en oeuvre entre 1955 et 1972. Au cours de cette période, qui a duré 17 ans, vingt pays ont été certifiés par l'OMS comme exempts de paludisme. Cependant, ce nombre est tombé à 4 au cours des 30 ans qui ont suivi, à cause d'un ralentissement généralisé des efforts de lutte contre la maladie.

On estime aujourd'hui que le paludisme fait encore 781 000 victimes par an, alors que l'on sait parfaitement prévenir et soigner cette maladie. Le paludisme affecte 40 % de la population mondiale et entrave le développement économique et social des communautés les plus pauvres. Le développement rapide d'un certain nombre d'interventions de lutte contre le paludisme ces dix dernières années a permis de sauver environ 1,1 million de vies rien qu'en Afrique, et de réduire de 38 % le nombre de décès dus au paludisme. Cette dynamique, ainsi que les résultats qu'elle a engendrés, ont encouragé de nombreux pays à envisager de franchir les étapes menant à l'élimination du paludisme.

«L'engagement extraordinaire, le financement concomitant et la coordination des efforts afin d'atteindre les objectifs de la lutte contre le paludisme ces dix dernières années ont façonné la situation actuelle, qui laisse à penser qu'en relativement peu de temps, 10 nouveaux pays devraient rejoindre le groupe des nations exemptes de paludisme.»

Au cours du processus de révision à la hausse de ses objectifs, en préparation des Objectifs du Millenium pour le Développement, le Partenariat Roll Back Malaria a défini de nouvelles cibles ambitieuses, dont l'élimination du paludisme d'ici fin 2015 dans 8 à 10 nouveaux pays, incluant tous les pays de la région européenne telle que définie par l'OMS. « En poursuivant la campagne visant à un accès universel aux outils de lutte contre le paludisme, dont les moustiquaires imprégnées d'insecticide, la pulvérisation intradomiciliaire à effet rémanent, les tests de diagnostic et les traitements efficaces contre la maladie, les pays seront capables de réduire la transmission du paludisme de manière spectaculaire», a déclaré le Pr Coll-Seck, Directrice éxécutive de Roll Back Malaria.

«L'élimination du paludisme nécessite un leadership national puissant, un engagement sur des programmes de qualité et des systèmes de surveillance hautement efficaces, capables de détecter et de contenir rapidement tout risque de transmission a déclaré Richard Steketee, Directeur scientifique du Partenariat pour la lutte contre le paludisme et l'évaluation de la maladie en Afrique (MACEPA) à PATH « La communauté internationale doit s'engager à apporter son soutien de manière durable et prévisible afin d'aider les pays qui sont prêts à franchir le seuil de l'élimination.» a-t-il ajouté.

La fondation Bill & Melinda Gates organise, cette semaine, son second Forum sur le paludisme afin de rallier les acteurs de la lutte contre le paludisme autour d'un objectif commun : l'élimination de la maladie et, à long terme, son éradication. Cette rencontre de trois jours permettra également d'examiner la meilleure façon de soutenir les pays dans l'adoption de nouveaux outils ayant fait leur preuve et de stratégies d'accélération des progrès en vue de l'élimination du paludisme, mais aussi dans l'amélioration de la capacité de surveillance et l'augmentation de l'investissement national et international en faveur de la lutte contre cette maladie.

Déclaration DE FIN de Dr Robert Newman, GMP OMS : «Personne ne devrait mourir du paludisme en 2011, étant donné les stratégies d'intervention efficaces dont nous disposons. Si nous pouvons obtenir l'accès universel à ces mesures et leur utilisation systématique, tout en assurant les investissements nécessaires dans les systèmes de santé et le personnel, ainsi que dans la recherche indispensable pour développer les futurs outils du changement, alors les objectifs nationaux et régionaux d'élimination du paludisme et l'objectif mondial d'éradication de ce fléau, deviendront réalité.»

Contact presse:
Secrétariat du Partenariat RBM
Michel Aublanc - Paris
Directe: +33.1.69.286.286
Portable: +33.6.08.719.795
Courriel: michel.aublanc@orange.fr

Mme Pru Smith - Genève
Portable: +41 79 477 1744
Directe: +41 22 791 4586
Courriel: smithp@who.int

Le Partenariat Roll Back Malaria (RBM) constitue le cadre mondial de coordination de l'action de lutte contre le paludisme. Fondé en 1998 par l'UNICEF, l'OMS, le PNUD et la Banque Mondiale, et fort de l'expertise de plus de 500 organisations partenaires, RBM est un partenariat public-privé qui permet de développer de nouvelles idées, d'apporter un soutien aux approches innovantes, d'encourager un engagement politique de haut niveau et de placer le paludisme au sommet des priorités mondiales en facilitant, harmonisant et amplifiant les plaidoyers initiés par les partenaires. Le Partenariat RBM met en place des procédures politiques et un soutien technique et financier pour les efforts effectués par les pays dans le cadre de leur lutte, et suit les progrès accomplis par rapport aux objectifs mondiaux. Le secrétariat du Partenariat RBM est basé sur le site de l'OMS à Genève, en Suisse.
Pour plus d'information consulter le site web: http://www.rollbackmalaria.org

Le Partenariat de lutte contre le paludisme et d'évaluation de la maladie en Afrique (MACEPA à PATH) collabore avec des partenaires internationaux dans le but d'éliminer le paludisme en Afrique.
Pour plus d'information consulter le site web: http://www.path.org/projects/macepa.php

Le Programme mondial de lutte antipaludique de l'OMS (Global Malaria Programme, GMP) coordonne les efforts internationaux de l'OMS dans la lutte contre le paludisme. Ainsi, ce programme réunit des spécialistes qui exécutent ses principales missions pour la prévention, le contrôle et l'élimination de la maladie. Ces missions sont les suivantes : 1) établir et communiquer des normes, politiques et directives fondées sur des données probantes, et encourager leur mise en oeuvre ; 2) répertorier en toute indépendance les progrès réalisés à l'échelle mondiale ; 3) développer des approches pour augmenter les capacités, et renforcer les systèmes et la surveillance ; et 4) identifier les obstacles qui menacent la lutte contre le paludisme et l'éradication de la maladie, et repérer les nouvelles mesures possibles.
Pour plus d'information consulter le site web: http://www.who.int/malaria/fr/index.html